Allée des Jardins

Le Champ de la Fontaine

A son décès en1934, Mme Vve Dupré, lègue à la commune une vigne dite » le champ de la fontaine ».Le nom de ce terrain fait référence clairement à une fontaine.

Celle que nous avons restaurée en 2016, la fontaine fraîche, n’est pas à proximité immédiate du dit champ. Par contre, il y eut d’autres point d’eau au carrefour des chemins du Rec de la Coume et de l’Allée des jardins.

Le cadastre dit «Napoléonien» de 1839 indique à cet endroit un petit bief (réservoir d’eau des moulins) alimenté par le béal et le rec de la Coume. Il jouxtait un bâtiment où l’on fabriqua de l’eau de lavande dans les années 1900 et qui est devenu aujourd’hui le tri postal.

Il y eut aussi, face à l’angle du terrain Barailla, un abreuvoir qu’on remplissait à l’aide d’une pompe qui puisait dans un réservoir alimenté par le béal. Est-ce cette dernière installation qui donna son nom au « champ de la fontaine » ? Difficile à affirmer aujourd’hui après sa démolition dans les années 1950.

Dans les années 1960, un gros rouleau de pierre était entreposé  à cet endroit, il aurait servi à tasser les chemins, mais il semble qu’au départ, il était utilisé pour dépiquer le grain car on cultiva longtemps des céréales à Cascastel.

Installation du chantier

Début des travaux, livraison du matériel

L’espace du dit champ de la Fontaine est aujourd’hui occupé par l’Allée des Jardins, de l’école communale jusqu’à la maison Tibes inclue,  et l’allée Joseph Dupré, au-dessus, en totalité.

Les premières constructions ont eu lieu au début des années 1960, la maison Tibes, puis Rivière, puis l’école en 1963, puis les maisons Faure (aujourd’hui Gago) et Xatard (en location). Les installations électriques, eau potable et eaux usées datent de cette époque et ont subi de nombreux ajouts et adaptations.

En effet, au début des années 1960, il n’y avait pas de tout à l’égout, ni de station d’épuration, et toutes les eaux étaient conduites par gravité à la rivière.

Ce réseau fut raccordé au tout à l’égout en 1969 avec l’ensemble du village.Les matériaux et techniques d’il y a 60 ans, que ce soit pour l’alimentation électrique ou l’alimentation en eau potable, ou la conduite des eaux usées ne sont plus aujourd’hui fonctionnels et une intervention s’avérait nécessaire.

Une demande a donc été adressée au SYADEN, Syndicat Audois d’énergie et du numérique,  afin de réaliser, entre autres points, le passage en souterrain de l’alimentation électrique, de l’éclairage public, et du réseau numérique. Ces travaux bénéficient de subventions avec un reste à charge pour la municipalité.

Installation du chantier

La tranchée contenant les divers réseaux

Ces travaux imposaient aussi d’ouvrir la chaussée de l’Allée des Jardins jusqu’au raccordement électrique. A la demande de la municipalité, il a été pratiqué une tranchée plus profonde afin de réaliser, en régie communale, la reconstruction du tout à l’égout et la mise à niveau de l’alimentation en eau potable.

De grands travaux sont donc en cours, ils avancent vite malgré la complexité des anciennes installations à remettre en ordre, et grâce à une période de beau temps.La belle couverture ombragée des platanes qui ont si bien poussé, avait pour corolaire des fils à nu dans les branches et des racines qui bousculaient les réseaux souterrains.

Les travaux en cours vont donc nettement améliorer la desserte des usagers, et gommer certains aspects vétustes et apparents des anciennes installations. Enfin, ces travaux sont effectués en régie municipale, et par les personnels qui exploitent le réseau. Le plus grand soin y a été apporté afin d’assurer le meilleur fonctionnement, et dans la durée.