Restauration Château

Projet Communal pour le Château

Restauration Aménagement du Château, Cas1

Gypseries Château de Cascastel, avant restauration

Atelier Pierre Mangin, 2017, Restauration des Gypseries

Biorestauro, 2017, Restauration du décor peint

Chantier Château, la suite:

Décembre 2017


La demande de réception des travaux de menuiserie est envisagée pour la première semaine de Décembre 2017.

Novembre 2017


La réception des travaux de menuiserie est prévue le Vendredi 24 Novembre 2017.


La progression de la fermeture du bâtiment, ainsi qu’un peu de chauffage par le sol dans la salle des gypses, ont considérablement amélioré la situation vis à vis des problèmes d’humidité.

20171102-TR-CHAT-306-

La façade sur la Berre bientôt fermée aux intempéries.

Octobre 2017

Semaines 41 et 42, l’entreprise Atelier Sud France a posé de nouvelles menuiseries au second étage du château, poursuivi la pose des volets intérieurs, rattrapé les jeux des portes de la salle des gypses et poursuivi leur mise en teinte.

Reste à installer les ouvertures sur la façade de la Berre.

La réception des travaux de menuiserie par l’architecte pourrait intervenir le Mercredi 8 Novembre sauf imprévus.

De son côté l’équipe municipale à procédé au nettoyage des fientes de pigeons accumulées au premier étage du Château, puis à la pose de fermetures transparentes au niveau de la tour. Les  ouvertures restantes seront obturées prochainement.

Ces interventions ont déjà permis de bien réduire l’humidité à l’intérieur du château et d’écarter  les scénarios les plus alarmistes.

20171025-TR-CHAT-279-004
La façade bientôt équipée de toutes ses fenêtres.

Septembre 2017

Deux mois ont passé depuis la date de réception officielle des travaux, soit le 28 Juillet 2017.

Semaine 34,  du 21 au 26 Août, les fenêtres du rez de chaussée et la porte sur la place de l’église ont été placées. Semaine 39, du 25 Septembre au 1er Octobre, trois fenêtres du 1er  étage sont en cours de pose.

Les réunions de chantier se poursuivent au rythme d’une par semaine.

L’objectif est d’obtenir la fermeture complète du bâtiment (à l’eau et à l’air) avant l’arrivée des épisodes méditerranéens fréquents en automne pour protéger la salle des gypses.

2017-09-28-Humidité-Salle-Gypses-2
Traces d’humidité autour du Dragon Sud

Lors de cette dernière intervention de l’Atelier Sud France, les ouvertures non pourvues de fenêtres ont été obturées par des panneaux de fibres de bois.

Nous restons évidemment dans l’attente des fermetures définitives.

De nouvelles fenêtres sont attendues semaine 40.

Le compteur électrique a été transféré rue du Pont Vieux en vue des prochains aménagements.

20170930-TR-CHAT-273
Arrivée de 2 fenêtres et obturation des autres ouvertures
20170930-TR-CHAT-273-2
Semaine 39, arrivée d’une 3ème fenêtre au 1er étage et obturation des autres ouvertures
Façade Berre ouvertures obturées
Obturation des ouvertures sur la Berre

Cette première phase de travaux porte sur la restauration des gypseries et de la façade ouest sur la place de l’église. Elle comprend la restauration de toutes les menuiseries de la façade, ainsi que des menuiseries intérieures et extérieures de la salle des gypses.
La maçonnerie et le travail de la pierre sont effectués par l’entreprise Rodrigues-Bizeul, le plafond et la reprise des plâtres par l’entreprise Europlâtre, la restitution des gypseries est assurée par l’Atelier Pierre Mangin, la restitution du décor peint est confiée à Biorestauro, la menuiserie à Sud-France et l’électricité à Reyelec d’Albas.

Château de Cascastel, façade ouest
La façade habillée avant le ravalement

Jeudi 13 Octobre 2016

Le décaissement du sol de la salle des gypses commence.
Il s’agit d’un remblai recouvrant un niveau de sol médiéval situé environ 1,50m plus bas.
Côté Berre l’arasement du mur médiéval délimitant l’emprise de la « basse cour » du Château a été mis au jour. Ce mur se poursuit le long de la rue du Pont Vieux.

Le mur de la façade sur la Berre repose sur l’arasement d’un épais rempart qui délimitait l’emprise du Château.

Jeudi 3 Novembre 2016

Une chape de propreté est coulée dans la salle des gypses.
Elle permettra de disposer les échafaudages nécessaires pour les différents corps de métiers devant intervenir successivement dans la restauration des gypseries. Au final, elle supportera un chauffage électrique et un carrelage en terre cuite identique à celui qui a été déposé.

Pose de la chape de propreté

Mercredi 23 Novembre 2016

Le piquage des maçonneries anciennes est en cours sur la façade.
Le mur sud-est de la salle des gypses exposé au marin, a été nettoyé et dressé à la chaux.

Jeudi 24 Novembre 2016

Arrivée des pierres de taille destinées à refaire les encadrements de la façade.
Il s’agit de pierre coraillère très proche de celle utilisée au 18ème siècle.
Elle provient d’un pont situé dans les Hautes Corbières et que le général Delattre de Tassigny avait fait sauter le 11 Novembre 1942 lors de l’invasion de la zone libre par l’armée Allemande.
Elles ont été taillées sur mesure en atelier pour reconstituer linteaux, pieds droits et appuis.

Les pierres arrivent conditionnées en palettes distinctes et numérotées.

Lundi 28 Novembre 2016

L’épisode méditerranéen du 2 Novembre 2016 a montré la grande perméabilité du mur de la salle des gypses situé au marin, il a été enduit d’un crépi à la chaux afin de protéger les travaux de rénovation.

Enduisage du mur est de la salle des gypses particulièrement exposé aux épisodes méditerranéens.

Mardi 20 Décembre 2016

Intervention de l’entreprise Biorestauro spécialisée dans la restauration du décor peint.
Les premiers examens révèlent l’existence d’une dorure qui devait recouvrir la plupart des reliefs.
Plusieurs couches d’une préparation aujourd’hui vert de gris ont ensuite été appliquées.
Sous cette couche les grands à plats des panneaux révèlent un bleu azuré.

Traces de dorure dans les creux du feuillage.

Mardi 10 Janvier 2017

Après un long travail de piquage et de désobstruction des ouvertures du 2ème étage, la mise en place des linteaux va pouvoir commencer. Les claveaux sont appareillés au sol, ils seront ensuite posés sur un cintre en bois au dessus des pieds droits des fenêtres.

Mise en place du premier linteau, en haut à gauche
Mise en place du premier linteau en haut à gauche

Mercredi 18 Janvier

La pose des linteaux du second  étage est terminée, ceux du premier étage vont suivre. L’opération a nécessité le montage d’un échafaudage intérieur et de plateaux franchissant les appuis.

La pose des linteaux extérieurs du 2ème étage se termine

Mercredi 25 Janvier 2017

Le dressage des maçonneries de la salle des gypses se poursuit. Le plafond est posé sur un treillis métallique permettant de se raccorder aux fluctuations des moulures anciennes. Des panneaux de contreplaqué ont été disposés pour protéger les gypseries existantes pendant les opérations de pose du treillis et de plâtrage du plafond.

Le plâtrage des plafonds se termine

Mercredi 1er Février 2017

Suite à l’épisode méditerranéen du 27 Janvier et aux nombreuses infiltrations risquant de compromettre la restauration en cours la nécessité d’enduire la façade est en totalité et d’y poser un chéneau est validée.

L’intervention du stucateur a commencé. Les gorges du plafond sont raccordées aux moulures.

20170201-TR-CAT-176-001

deuxième étage, linteau intérieur
Reprise des linteaux intérieurs et ébrasements.

Suite à la pose des nouveaux encadrements sur les fenêtres de la façade, les linteaux intérieurs et les ébrasements sont repris. Les échafaudages permettent d’accéder au second étage du château et de se rendre compte de la taille réelle des ouvertures dont on ne se doute pas vues de 15 m plus bas, ainsi que de l’importance des surfaces et volumes disponibles dans le bâtiment.

Mercredi 8 Février 2017

L’humidité apportée par le plâtre frais ne peut être évacuée. Les films polyane posés par l’entreprise Rodrigues-Bizeul n’assurent pas une étanchéité suffisante. Le chauffage et la déshumidification ne peuvent pas être entrepris efficacement. De plus, la pièce est maintenue dans l’obscurité par ce dispositif.

Cependant, le chantier gypseries avance avec la pause des moulures du plafond.

Le grattage des anciens enduits avait révélé la présence de trophées  au centre des grands encadrements de gypseries. Le découverte d’un cordon de support des dits trophées traversant une guirlande confirme cette hypothèse.

Les moulures du plafond sont posées
Pose des moulures du plafond

Mercredi 15 Février 2017

Préparation des fonds en plâtre pour pose des éléments de gypserie
La reprise des tableaux et des fonds, entreprise Europlâtre

L’entreprise Sud-France a posé les encadrements définitifs des portes fenêtres sur la Berre.

Des panneaux de polycarbonate permettent une meilleure étanchéité ainsi que le passage du jour.

Le chauffage et la déshumidification vont pouvoir commencer sérieusement.

Les moulures de portes ont également été posées, ce qui va débloquer la situation pour le plâtrier Europlâtre qui doit dresser les tableaux et prépare les fonds pour la pose des gypses.

Une avancée spectaculaire donc pour les travaux.

La fermeture de la pièce, la lumière, le grattage des anciens enduits et surtout la pose des cadres de portes donnent un élan vertical à l’ensemble et ramènent les gypseries à l’échèle de la pièce.

L’épisode méditerranéen du 14 Février, plus important que celui du 27 Janvier a révélé de nouveaux problèmes d’étanchéité par forte pluie du marin. Le solin de la toiture côté tour est décollé, les débris du mur de ce côté de la dite tour bouchent les canaux des tuiles. Une intervention est nécessaire.

L’entreprise Rodrigues-Bizeul a commencé les encadrements des nouvelles fenêtres remplaçant le portail de l’ancien garage municipal.

Mercredi 22 Février 2017

La cheminée
Le manteau de la cheminée remonté par l’Atelier Pierre Mangin.

L’entreprise Sud-France signale que le jambage de cheminée qui lui a été fourni comme pouvant provenir du Château ne correspond en aucune façon au style de la cheminée.

L’ensemble du décor est de style « rocaille », soit Louis XIV finissant et Louis XV alors que la cheminée appartiendrait au style Louis XVI.

Les nettoyages effectués par le maître gipier avaient d’ailleurs révélé la possibilité d’une cheminée précédente.

Il est demandé à Sud-France de faire une nouvelle proposition pour l’habillage de la cheminée.

Mercredi 1er Mars 2017

La restitution des gypseries :

Concernant la restauration ou la réplication des reliefs en plâtre, c’est une opération très minutieuse, mais il y a suffisamment d’éléments conservés pour que l’on  puisse reconstituer les reliefs identiques à l’état d’origine.

S’agissant du décor peint, malgré les analyses de pigments, cet état d’origine demeure méconnu, de même que les vicissitudes subies par ce décor au fil du temps, et il s’avère difficile de savoir dans quel état il doit être restitué, le principe étant : le dernier état cohérent connu.

Cette question a été remontée vers la  conservation du patrimoine national.

Pour l’anecdote : l’état du conduit de cheminée révèle un usage intensif et prolongé alors que le décore ne porte pas de traces de fumée, par contre les échantillons analysés sont entièrement contaminés par du chlore (eau de javel) qui a définitivement altéré les enduits.

La façade :

Les encadrements des deux fenêtres ayant remplacé le portail de l’ancien garage municipal sont quasiment terminés. Ils ont été réalisés dans un calcaire marbrier discrètement veiné comme celui des deux autres fenêtres leur faisant pendant au rez de chaussée.

20170225-TR-CHAT-060-006
Les pierres sont actuellement brutes de sciage et seront ensuite vieillies.

Jeudi 2 Mars 2017

Le paon est revenu au bercail
Le paon est revenu dans son jardin

Mercredi 8 mars 2017

La salle des gypses :

Les oiseaux sont revenus dans la volière, cheminée droiteAprès le paon dans son jardin, les oiseaux sont revenus dans leur volière.

Les éléments récupérables du puzzle sauvegardé en 2003 reprennent leur place peu à peu tandis que les grands décors de feuillage sont répliqués et ajustés  dans les parties manquantes.

Le plus gros du travail de gypseries devrait être terminé vers le 15 Avril 2017.

Il sera suivi de la pose du chauffage au sol et du carrelage.

Le dessin d’une cheminée en bois, très sobre, a été retenu de manière à s’harmoniser avec le style des lambris et les lignes verticales de la cheminée. Un « tapis de feu » en grands carreaux de terre cuite complétera l’ensemble cheminée.

En Mai, les menuiseries définitives seront posées (portes fenêtres, portes, lambris, cheminée), la finalisation du travail de gypseries et leur décoration pourront alors commencer. Un grand pas aura été accompli pour la sauvegarde d’un patrimoine original, sans équivalent connu dans ce domaine artistique, et qui tout proche de sa disparition définitive.

La façade :

Les encadrements du rez de chaussée et le rebouchage des murs sont réalisés. Le chantier reprend au niveau des ouvertures du 1er étage avec la livraison prochaine des pierres coraillères taillées pour chacune de ces ouvertures. Beaucoup des pierres tendres d’origine étaient trop érodées pour être conservées. Le résultat final n’en sera que plus réussi.

Lundi 13 Mars

Visite du Conservateur Régional des Monuments Historiques.

Restitution du décor :

Vu les faibles traces d’or retrouvées et l’état de surface des supports, la dorure des gypseries sera certainement abandonnée au profit d’une mise en teinte. L’entreprise Biorestauro devra finaliser l’étude stratigraphique et de la compléter par une connaissance des pigments colorés et de leur éventuelle mutation pour retrouver les teintes initiales.

Mercredi 22 Mars

Le dernier planing des travaux élaboré tient la route.

La restauration des encadrements de fenêtres, pose des derniers linteaux et appuis, rebouchage et réparation des éléments conservés, devrait se terminer le 31 Mars 2017.

La restauration des encadrements touche à sa fin

L’entreprise Sud France (menuiserie) constate lors de la prise des mesures, que les ouvertures existantes sont déformées soit par le mouvement des maçonneries soit à cause d’une facture approximative. Les dimensions des cadres dormants devront être augmentées afin de pouvoir les adapter sur place aux fluctuations des maçonneries, de manière à ce que l’équilibre général de la façade soit bien restitué.

S’agissant de la porte d’entrée, elle devra assurer un accès aisé aux personnes à mobilité réduite lors de l’ouverture du premier vantail. Un montant central permettra de dissimuler la différence de largeur des deux vantaux comme c’est le cas sur la porte actuelle.

Le travail du gipier concernant la reproduction des éléments manquants sur les panneaux les plus dégradés avance bien. L’Atelier Pierre Mangin a fait valider le choix des miroirs qui se répondront l’un sur le panneau à l’effigie de Diane, l’autre en face sur la cheminée. Ils seront divisés par un trait de scie environ aux 2/3 de leur hauteur.

Panneau Nord Ouest, vers la Tour
Le panneau côté fenêtre vers la Tour

Mercredi 29 Mars

Gypseries :

Les panneaux les plus abimés situés côté rue du Pont Vieux viennent d’être complétés par la copie des moulures symétriques prise sur les panneaux situés côté Tour. Aucun panneau n’ayant les mêmes dimensions, il a fallu comme l’a fait le créateur du décor original, adapter aux dimensions de chaque panneau.

Cette opération a été menée à bien plus rapidement que prévu et cela permet d’avancer le planing général d’une semaine.

Le panneau le mieux conservé dominé par l’effigie de Diane, a également vu ses parties inférieures complétées grâce aux éléments épars stockés depuis 2003.

Le nettoyage préalable aux raccordements a permis de retrouver le canon d’un fusil, déjà évoqué par de précédentes études, sur la partie gauche du décor.

Comme pour les arcs, le carquois, le cor de chasse, il ne faut pas y voir une reproduction fidèle d’une arme d’époque, mais un nouvel attribut de Diane, une possible arme féminine.

La restitution des manquants de ce panneau va se poursuivre tant qu’elle pourra être guidée par des indices suffisants.

Le gros œuvre :

Les encadrements des fenêtres sur la Place de l’église seront terminés dans les prochains jours.

La pose au plancher chauffant doit intervenir début Avril et la pose du carrelage est prévue à compter du 10 Avril 2017. Les autres entreprises pouvant intervenir après séchage complet du carrelage et des joints.

Mercredi 26 Avril 2017

Les carreaux de terre cuite sont posés.
Le travail a commencé par le « tapis de feu » formant la sole de la cheminée. Une plaque métallique viendra au dessus des terres cuites au centre du foyer, tandis qu’une « taque » verticale ouvragée protègera le mur enduit à la chaux.
La pose des carreaux s’est ensuite poursuivie parallèlement aux portes fenêtres et à joints décalés.
Les terres cuites employées sont des matériaux de récupération et la pose inclue des carreaux marqués par l’usage afin de conserver à l’ensemble un aspect ancien.

Réalisation des joints des terres cuites anciennes
Nettoyage des joints des terres cuites de récupération.

L’entreprise de menuiserie Sud France ainsi que l’entreprise Biorestauro (décor peint) vont pouvoir intervenir à compter du Mardi 2 Mai 2017. L’Atelier Pierre Mangin poursuivra la restitution des gypseries à compter du Mardi 9 Mai 2017.

Les couches d’accroche de l’enduit de la façade ont été projetées à la truelle. L’enduit final pourra être prochainement appliqué.

La façade commence à recevoir la couche d'enduit d'accrochage
Projection des enduits d’accroche à la truelle.

Mercredi 3 Mai 2017 

Salle des Gypses :
Le sol en terres cuites posé récemment est protégé (feutrine et panneaux composites) et les autres corps de métiers peuvent intervenir.
L’entreprise Sud-France (menuiserie) a pris possession des lieux pour la pose des lambris, cheminée portes et portes-fenêtres de la salle des gypses. Les lambris étaient conservés en partie et les sections manquantes ont été réalisées à partir de boisneuf.
Ils sont en chêne et les marques d’outils à main au dos, ainsi que le travail des moulures permettent de les dater du 18ème siècle. Ils sont donc parfaitement contemporains du décor de gypseries, de même que les « chapeaux de gendarme » en chêne au dessus des portes.
Ces lambris sont aujourd’hui recouverts d’un apprêt blanc mais devraient retrouver leur aspect « vert de Montpellier » qu’ils partagent avec les à plats du centre des panneaux de gypseries.
Ces éléments font apparaître une unité dans la composition et la création du décor qui n’a donc pas été créé de manière composite et étalée sur une longue période. Il s’agit de l’exécution d’une commande par une équipe d’artistes aguerris.
Au fur et à mesure que les éléments de décor se mettent en place, une harmonie d’ensemble se précise. Ainsi, les reliefs des gypseries qui paraissaient démesurés se fondent dans un parfait équilibre des volumes de la salle.
La pose des menuiseries s’avère un exercice délicat. Les murs ne sont pas d’une verticalité rigoureuse et l’assemblage des éléments fabriqués en atelier demande des ajustements minutieux. Le rendu recherché est le meilleur compromis « à l’œil ».

Le lambris côté miroir est en place
Retour des lambris complétés à l’identique.

L’entreprise Biorestauro a réalisé des essais de teinte pour le plafond. Un blanc légèrement additionné de rose et d’ocre a été retenu. Cette teinte chaude pourra se fondre dans la palette d’ensemble qui va être testée, et de plus réchauffera l’ambiance de cette pièce exposée au nord-est.
Les essais de peinture sont rendus difficiles par un taux d’humidité des fonds toujours trop élevé. Il est demandé à l’entreprise Sud-France de poser les portes fenêtres dans les meilleurs délais et le chauffage par le sol a été mis en marche afin de palier à cet inconvénient majeur.

La façade est prête à recevoir l'enduit de finition

La préparation de la façade par l’entreprise Rodrigues-Bizeul se termine.
Le mur de la tour au dessus de la salle des gypses ainsi que le solin défectueux vont être traités prochainement, de même que l’enduit final de la façade va être appliqué.

Mercredi 10 Mai

La pose des menuiseries se poursuit. Les lambris sont installés de même que la porte du placard. Les détails de finition, adoucissement des angles, etc. sont mis au point.
Un modèle de prise électrique avec capot, insérée dans la plinthe, a été validé.
La pose des autres portes va suivre. Les doubles portes en partie conservées ainsi que leurs encadrements étaient de facture différente du reste des menuiseries et constituées de bois divers. Les portes qui vont être installées à leur place sont en chêne et leurs moulures répliquées à partir de celles des panonceaux des lambris d’origine.
L’entreprise Biorestauro a commencé l’imprégnation des fonds et travaille pour l’instant lorsqu’il n’y a personne sur le chantier.
La mise en route du chauffage par le sol provoque de la condensation sous les protections de chantier qui seront donc enlevées le temps de la fin de semaine.
L’entreprise Théron de Lodève (ferronnerie) a proposé un dessin pour le balcon qui a été validé, sachant que la structure porteuse servira de fond à ce tracé linéaire.
Dessin préparatoire balconLe

Le Maître Stucateur poursuit la restauration du panneau « la chasse ».
Les têtes des oiseaux sont revenues. A gauche du miroir, le faucon, à droite le hibou et au dessus le cygne.
Le chien passablement mutilé est également de retour au cœur de cette scène dont la riche composition s’affirme peu à peu.

Le retour du chien
Le retour du chien à droite du miroir.

Le deuxième chien poursuivrait un lièvre qui détale

Les « sinopia » (tracés originaux) d’un arc et de sa corde seront conservés face au chien pour illustrer la méthode de travail du créateur de ce décor.
Quant au chien disparu, du côté gauche du miroir, l’animal qu’il poursuivait et dont il ne reste qu’une petite partie pourrait être un petit lièvre. Si cette piste est validée, elle permettrait de restaurer le petit animal, voire le reste de cette partie de panneau bien lacunaire.

Mercredi 17 Mai 2017

Les Gypseries :

Le lièvre est de retour au gîte et le chien a retrouvé sa quatrième patte.
Pourra-t-on compléter plus avant cette luxuriante scène de chasse ?
Les éléments manquent, le puzzle réalisé à partir des morceaux mis en cartons est épuisé, les traces photographiques anciennes font défaut.
Le créateur de ce décor avait donné libre cours à son imagination avec ce foisonnement d’animaux divers, cette luxuriance des végétaux débordant des panneaux jusque sur les menuiseries.
Le restaurateur d’aujourd’hui a fait preuve de la même veine et a démontré un engagement et un savoir faire très forts pour rendre la vie à cette œuvre.

20170518-TR-CHAT-137-012
Le retour du lièvre

La maçonnerie :

20170518-TR-CHAT-137-011
L’échafaudage de la façade a été prolongé sur le toit au dessus de la Salle des Gypses afin de refaire le solin qui sera cette fois ci solidement engravé dans le mur Sud-est de la Tour.
Ce mur n’avait plus son parement et son érosion bouchait les canaux des tuiles de la toiture. Il a été décidé de le protéger par un enduit dont la première couche (gobetis) a été appliquée.
La disparition du parement de ce mur situé entre 10 et 15 m de hauteur n’a pas encore trouvé d’explication fiable, le remploi étant cependant probable, tant de châteaux ont servi de carrière…

Sud France :
L’entreprise de menuiserie est maintenant sur place depuis le 2 Mai 2017.
La cheminée, les lambris et les portes sont maintenant posés.

*

La porte du placard remarquablement dissimulée
La porte du placard : l’effet porte dérobée est réussi.

Au niveau du lambris, un panneau dissimulant le bas de la porte a été recréé a partir de celui qui lui fait face sur le mur Sud-est. Le motif reste celui des éléments d’origine dont les bordures « en arbalète » confirment leur appartenance au style Louis XV et la simultanéité de leur création avec le décor de gypseries.
Le procédé de dissimulation des prises est validé.
L’assemblage des menuiseries n’est cependant pas un art consommé de la dissimulation, c’est aussi un art d’observation et d’analyse du moindre détail, comme le sont la gypserie et la décoration.

Grace au chauffage et au retrait des protections du sol en fin de semaine, le séchage général progresse le travail des décoratrices (Biorestauro) pourra s’effectuer dans de bonnes conditions.
L’investissement des entreprises intervenant sur ce chantier exceptionnel est tangible. Il nous rassure quant à la bonne fin de cette aventure artistique et humaine et nous rapproche des conditions dans lesquelles le décor orignal a pu être crée.

Mercredi 24 Mai 2017 

Sud France :
La pose des menuiseries de la Salle des Gypses est toujours en cours et doit être terminée fin de semaine 21 afin de permettre aux autres entreprises d’intervenir hors humidité et hors poussière.
Biorestauro :
Le dernier rapport d’analyse des pigments effectuée en Italie, est en cours de traduction. Il est cependant établi que tous les pigments picturaux employés et leur mode de préparation remontent tous au 18ème siècle, toute autre intervention plus tardive est exclue. Ces pigments qui ont pu s’altérer chimiquement avec le temps mais sont parvenus à traverser deux siècles et demi. Cette qualité extrême des produits utilisés témoigne de la maîtrise du peintre et des capacités financières du commanditaire.

La stratigraphie révèle quatre états de décoration qui se situent tous au dix-huitième siècle.
La réalisation des gypseries et des lambris a été réalisée en une seule campagne de travaux ; il s’agit probablement d’une commande selon un modèle exécutée rapidement par des spécialistes.
Le premier état du décor était entièrement blanc. Ce blanc se retrouve partout sauf aux endroits où les « trophées » ont été arrachés. Ce blanc était verni, ce qui lui donnait un effet ivoirin particulièrement précieux.
Dans un deuxième temps, les reliefs sont peints à l’orpiment, un minerai d’un beau jaune d’or qui était broyé et émulsionné pour obtenir une préparation applicable. Cet état dura assez longtemps pour que la fumée des bougies le ternisse.

< Le museau du second chien est revenu

Dans un troisième état, le décor est entièrement recouvert d’une préparation de couleur blanche destinée à recevoir une dorure à l’or qui n’a du être réalisée que sur certains éléments en relief.

Le dernier état révèle une grande maitrise des techniques picturales. Les nombreuses couches étaient destinées à donner des effets de transparence ou de glacis, créer des reflets. Toujours un style particulièrement précieux.
La teinte azur-vert de Montpellier des fonds datent de cette dernière campagne.
Ce dernier état révèle également un autre élément qui avec le volume des reliefs des gypseries, font de ce décor un ensemble rare et exceptionnel : le vermillon des roses et le vert des feuillages ne sont pas des repeints tardifs, les pigments utilisés, leur méthode de préparation sont ceux du 18ème siècle. Nous avons donc dans notre château de Cascastel, le seul décor de gypseries polychrome connu.
La succession de plusieurs décors couteux dans une période de quelques dizaines d’années interroge les artistes intervenant aujourd’hui. Il fallait disposer de moyens très importants. Joseph Gaspard Pailhoux (1726-1809) lors de son décès n’était riche que des prêts qu’il avait consentis et qu’on ne lui avait jamais remboursés. Le temps de la splendeur était depuis longtemps révolu.
Un essai de restauration de cette polychromie sur le panneau la chasse va être entrepris afin de juger de l’impression créée. Les fonds seront d’abord imprégnés en blanc afin de permettre une bonne visibilité de la restitution testée. Ils garderont quoi qu’il en soit une teinte assez neutre afin de ne pas écraser le détail des sculptures et la subtilité des couleurs.

Mercredi 31 Mai 2017 

Cette première tranche de restauration commencée en Octobre 2016 doit être inaugurée le Dimanche 27 Août 2017.
Les entreprises du bâtiment prenant habituellement leur congé annuel fin Juillet, c’est à cette date qu’elles devront avoir terminé leurs prestations respectives.
Il ne leur reste guère que quarante jours ouvrés pour y parvenir.
L’Atelier Pierre Mangin, s’agissant du lot Gypseries, a quant à lui, rempli son contrat qui s’est terminé par la pose des miroirs le Mardi 30 Mai 2017.

La cheminée avec son miroir Le grand miroir avec cadre, qui sera doré.

L’entreprise Sud France doit finaliser dans les prochains jours les fermetures de la Salle des Gypseries.
La pose des fenêtres doit se poursuivre par celles de la façade sur la Berre dont les encadrements seront réajustés par l’entreprise Rodrigues-Bizeul.
Cette entreprise a pour sa part, terminé l’enduit de la face Sud-est de la tour et encastré un nouveau solin sur la toiture de la Salle des Gypses. Elle a également commencé les travaux de protection du sommet des murs de la façade sur la Berre côté rue du Pont Vieux afin d’éviter les infiltrations dans la Salle des Gypses.

20170603-TR-CHAT-156-008
La façade Sud-est de la Tour a été protégée.

L’intervention majeure qui reste à accomplir est la peinture du décor de gypseries assurée par l’entreprise Biorestauro.
Plusieurs analyses de pigments ont établi que les différents états de ce décor appartenaient tous au 18ème siècle, y compris le rouge des roses et le vert des feuilles.
L’entreprise va d’abord réaliser un nettoyage complet de l’ancien décor et traiter les fonds en blanc afin de mieux se rendre compte des solutions à adopter. Une partie des reliefs du panneau « la chasse » sera traitée en polychromie et le résultat soumis à l’avis de l’architecte de la DRAC.
Resteront donc à réaliser l’enduit et la gouttière de la façade côté rue du Pont Vieux, l’enduit et les menuiseries des 15 ouvertures de la façade principale.
Les employés municipaux ont débarrassée une grande partie des objets de récupération stockés dans le Château. Lors de l’inauguration le Hall d’entrée sera donc dégagé, ainsi que la salle précédant le salon aux gypseries qui servait de salle à manger aux habitants du Château.
Ils ont également procédé à l’élagage du frêne situé à proximité immédiate du « four à minerai ». Cet élagage partiel permet d’avoir un vue d’ensemble de la façade et de la tour, de rendre un peu de sa noblesse à ce cadre jadis composé avec un grand raffinement.
Cet arbre figure sur des photos anciennes et doit être âgé de près d’un siècle. Il se porte très bien grace à un système racinaire important qui lui assure les ressources nécessaires à un développement remarquable.

Mercredi 7 Juin 2017 

Nous sommes déjà mi-juin, une poignée de jours ouvrés avant la date buttoir du 31 Juillet.
L’entreprise Rodrigues-Bizeul, poursuit ses travaux, après le mur sud-est de la tour, l’étanchéité de l’arasement du rempart attenant à la salle des gypses est en cours.
A compter du Lundi 19 Juin l’enduit final de la façade principale sera projeté et l’échafaudage extérieur descendu à mesure pour servir à échafauder le mur sud-est sur la rue du Pont Vieux dont l’enduit de protection et les reprises de maçonnerie seront réalisés en suivant.
L’entreprise Rodrigues-Bizeul devra également réaliser des feuillures nécessaires à la pose des fenêtres des étages donnant sur la Berre.

L’entreprise Biorestauro (décor peint) a pu commencer son intervention.
Comme convenu avec la DRAC, le nettoyage et l’application d’un fonds blanc sont en cours, ceci afin de pouvoir mieux juger de la suite à donner pour les teintes.
Ce fonds blanc est constitué d’une préparation fixante et isolante par rapport aux différences de l’état du support.
Les pigments utilisés, broyés et préparés sur place, sont non toxiques et résistants.
La restitution du décor n’en est qu’à son début et nous devrions apprendre beaucoup plus sur les techniques picturales et leur mise en œuvre.

20170607-TR-CHAT-160-007
Paola et Mirella au travail. Il faut tout peindre, les fonds et les détails.

Les menuiseries extérieures de la salle des gypses étant posées, la mise en place des grilles ouvrantes par l’entreprise Théron est attendue au plus tôt.

Mercredi 14 Juin

L’entreprise Rodrigues-Bizeul informe les autres intervenants qu’elle réalisera les enduits de finition de la façade sur la place de l’église à compter du Lundi 19 Juin.
L’entreprise Théron & fils de Lodève posera l’ensemble des grilles en rez de chaussée à compter du Lundi 26 Juin.
L’entreprise Biorestauro continue à nettoyer les gypseries et consolider les fonds.
Il est maintenant établi que la seule gypserie polychrome connue du 18ème siècle, se trouve à Cascastel.
Les décoratrices italiennes ont entrepris de restituer les couleurs en respectant les nuances d’origine car il n’y avait pas de « choc des couleurs » dans le travail des artistes anciens. Ainsi les animaux, par exemple étaient traités en dégradé d’ocres.
Cet essai de polychromie a été validé par la Drac qui interviendra aux différentes étapes du travail de restitution.

Essai de restitution des couleurs

Au cours de l’étape actuelle, les fonds seront traités dans une nuance de blanc (sur la photo, il ne s’agit que d’un fonds isolant), le cor et les moulures seront traités en nuances d’ocres.
Le tournesol retrouvera sa couleur jaune au cœur ainsi que les nuances de ses feuilles.
Les teintes sont obtenues à partir de pigments naturels broyés et délayés dans de l’eau. Cette décoration est donc réversible, mais durable également.
Le cheminement suivi par la Drac et les entreprises intègre bien sûr le respect de l’histoire, mais sans exclure la nécessaire beauté finale à l’issue de la restauration.

Mercredi 21 Juin

L’entreprise Rodrigues-Bizeul a effectué l’enduit de la façade d’une seule traite pendant la journée du Lundi 19 Juin. Pas de reprises et un temps « marin » humide évitant un séchage trop rapide.

On commence par le haut à environ 15m de haut

On commence par le haut à environ 15m de hauteur.
Une intervention spectaculaire, en deux équipes, plus une « noria » bétonnière-échafaudage pour éviter les reprises L’enduit appliqué est un mortier de chaux hydraulique contenant une part de chaux aérienne. Il est appliqué à la truelle afin de durcir la surface. Un « jus » sera badigeonné en cours de prise pour uniformiser la couleur et fixer la surface.
Les dernières finitions sur les encadrements sont en cours.
Application du fond mur nord-ouest, vers la Tour

L’entreprise Biorestauro après la finalisation du plafond, poursuit le traitement des fonds des panneaux nord-ouest et sud-est.
Un accord de principe a été donné pour la restitution partielle de la polychromie dont l’existence n’était pas connue comme appartenant au 18ème siècle, lors de la passation du marché initial.
A ce jour, la restitution des couleurs concernera la scène de chasse et le panneau de la cheminée qui lui fait face. Un point sera fait avec la DRAC à ce stade pour d’éventuelles mises en couleur sur les autres panneaux.

Mercredi 5 Juillet 2017 

La mise en couleurs des panneaux « la chasse » et « la volière » avance.

Diane en son domaine
Diane en sa demeure

Le résultat est spectaculaire. Le décor est en train de resurgir tel qu’il fut à la fin du 18ème siècle, dans un dégradé de couleurs chatoyantes.
Le voici tel que le temps et l’abandon l’avaient laissé avec sa gangue d’oxydations et de fumées, gangue protectrice qu’il suffisait de retirer pour révéler la richesse de ce travail ancien qui ne devait rien à des badigeons ultérieurs.

Gypseries Hibou

Saluons le travail artistique et scientifique accompli pour valider la véritable histoire de cette œuvre. La décoration va se poursuivre en lien étroit avec la Drac.

La façade est en cour de séchage. Son aspect marbré est plus ou moins accentué selon qu’il fait « cers » ou « marin ». Un essai de badigeon tendant à uniformiser sera pratiqué, le dernier mot restant au temps qui créera sa patine.
Le rebouchage entre les cadres des menuiseries et les encadrements de pierre est en cours.
L’échafaudage sera descendu à mesure et remonté sur la façade Est exposée au marin et qui doit être protégée.

Façade Ouest en cours de séchage

A trois semaines de la date prévue de fin des travaux, les grilles n’ont pas été livrées.
Les menuiseries de la salle des gypses ne sont pas encore correctement finalisées.
Malgré les promesses réitérées de l’entreprise quant à la bonne fin de ce chantier dans les délais, son état et son rythme d’avancement n’autorise plus un tel pronostic.

Mercredi 12 Juillet 2017 

La date de fin des travaux est fixée au Vendredi 28 Juillet et la réception au Lundi 31 Juillet 2017.
L’entreprise Rodrigues-Bizeul aura terminé dans les délais, y compris les travaux supplémentaires tels que l’enduit de la façade Est.
L’aspect trop marbré de la façade Ouest par rapport à l’échantillon validé sera atténué par l’application d’un badigeon.
L’entreprise Théron et fils a posé toutes les grilles du rez de chaussée et fait valider le système de fermeture des grilles de la salle des gypses. Les plaques de cheminée et la grille du balcon doivent être livrées prochainement.
L’entreprise Biorestauro poursuit la mise en couleur des gypseries en relation étroite avec les architectes. Elle pourra entreprendre ensuite la peinture des lambris et des cadres des portes intérieures.

Mise en peinture des gypseries  11 Juillet 2017

L’Atelier Sud France s’est engagé à terminer les menuiseries et fermetures de la salle des Gypses pour le 26 Juillet 2017 et informe qu’il sera en activité au mois d’Août.
Resteront à poser après la date butoir du 28 Juillet, les ouvrants des fenêtres et les volets intérieurs.

Le point culminant de ce chantier aura été la découverte après nettoyages et analyses d’un travail de polychromie qui n’a pas d’équivalent connu. La qualité de la sculpture et de la peinture de ce décor révèlent de grands artistes qui sont intervenus à Cascastel au 18ème siècle.
La restauration actuelle a bénéficié des talents d’un stucateur créatif et tout à fait maître de ses techniques, de la recherche approfondie et du souci du respect de l’œuvre originale des peintres décoratrices, de la maîtrise et de la régularité d’exécution de la part de l’entreprise de maçonnerie.
Quant à l’entreprise de menuiserie, elle accuse un retard considérable qu’elle promet régulièrement de combler.

Mercredi 19 Juillet 2017 

Opérations préalables à la réception du chantier prévue le Lundi 31 Juillet 2017.
L’architecte fait le point avec les entreprises de ce qui reste à réaliser avant la date de réception afin qu’elles s’organisent en conséquence.
L’essai de badigeon pour atténuer l’effet marbré de la façade effectué par l’entreprise Rodrigues-Bizeul est validé.
Il est rappelé à l’entreprise Théron & fils d’avoir à livrer rapidement les ferronneries manquantes.
La réception des travaux de menuiserie est reportée en Septembre.

La mise en couleurs d’une partie du décor par l’entreprise Biorestauro est en cours et chaque avancée suscite des commentaires du style « merveilleux » ,« remarquable ».
Ce rendu « époustouflant » est le résultat d’un travail rigoureux dans les choix et minutieux dans la réalisation. Il faut en effet bien traiter chaque détail, identifier les fleurs et les oiseaux, différencier les parties anciennes et celles qui ont été restituées.

Diane, Marie Thérèse de Ros

Parmi les dernières réalisations, les rapaces et le visage de Diane (en cours).
L’entreprise Biorestauro doit aussi traiter les lambris et en toute fin de chantier, appliquer la dorure à la feuille sur le cadre du miroir.

Mercredi 26 Juillet 2017 

Dernières observations avant réception des travaux, le Lundi 31 Juillet 2017 :

La chimère de droite dans son état quasi définitif

La mise en peinture par Biorestauro se poursuit :
Les quatre chimères ont été peintes. La teinte des têtes est plus claire pour marquer qu’il s’agit d’une restauration.
Le travail de la décoratrice fait ressortir l’expression différente que le stucateur a donné à chacune.
Les lambris ont reçu une sous couche qui va supporter la peinture finale d’un blanc légèrement nuancé.
L’ensemble du décor recevra une touche finale afin d’accorder les teintes qui varient en fonction de la nature du support : plâtre neuf, ancien, coloré ou non.

*

*

Retour de façade maison Raynaud

L’entreprise Rodrigues-Bizeul a terminé le retour de façade de la maison Raynaud vers le Château.
Les travaux de protection de la salle des gypses côté marin vont se poursuivre au mois d’Août : enduit de la façade Est avec pose de gouttières, étanchéité du sommet du mur en façade sur la Berre.

Pas de progression à ce jour concernant la pose des menuiseries.

Lundi 31 Juillet 2017

Réception des travaux
L’architecte Bernard Masseron a procédé à une réception partielle des travaux :
Pour le lot plâtrerie, entreprise Europlâtre, la réception a été prononcée.
Pour les entreprises Rodrigues-Bizeul, maçonnerie, Atelier Pierre Mangin, gypseries, Biorestauro, peinture-décoration, Théron & fils, ferronneries, la réception a été faite avec des réserves, certaines prestations n’ayant pu être réalisées du fait des carences de l’entreprise de menuiseries.

*

Ces réserves seront levées dans les semaines à venir.
Aucune réception n’a pu être effectuée en ce qui concerne les menuiseries.
Le représentant de l’entreprise Atelier Sud France, père de l’entrepreneur, a indiqué qu’il « allait acheter du bois ». Il a également qualifié de « gamineries » les graves manquements de l’entreprise, tant sur le plan professionnel que comportemental, qui ont entaché une opération de sauvetage patrimonial à tous autres égards remarquable, et même, extraordinaire en ce qui concerne la découverte de la polychromie du 18ème siècle.
L’inauguration prévue le Dimanche 27 Août se déroulera comme prévu quel que soit l’état d’avancement des menuiseries.
L’entreprise Théron et fils a livré les serrures des grilles, les plaques de cheminée et le balcon.

La façade dégagée de l'échafaudage, avec grilles et balcon

Le chantier est strictement interdit au public.
Voir les photos en cliquant sur les liens ci dessous:
Images des travaux Octobre-Novembre 2016
2017 Restitution des Gypseries
Images du chantier 2017
Biorestauro, Décor peint

​​​​​​​​​​​​

​​​​​​​​​​​​​​​​​​


Images du Chantier 2017​

deuxième étage, linteau intérieur
Restauration des encadrements et tableaux du deuxième étage, hauteur 15 m au dessus de la place.

2017 Restitution des Gypseries​

20170215-TR-CHAT-177-043-005.jpg
Un travail minutieux pour conserver tous les détails de l’original

Images du Chantier Octobre-Novembre 2016​

Guidage final
Livraison des pierres coraillères pour restituer les encadrements 18ème.