Les Croix des Rogations

Janvier 2017, Restauration des Croix

20170210-Croix-Peret-001.jpg

La Croix de Peret après réparation. La colonne porte côté ancien chemin de Quintillan, la date 1831.

 

20170210-Croix-Ferrairoles.jpg

La stèle de Ferrairolles solidement reconstruite porte un fragment de colonne daté 1827,

retrouvé dans les buis à quelques mètres de la Croix d’Albas.

Un nouvelle croix en fer à lancettes en forme de fleur de lys, couronnera l’ouvrage.

 

Les Rogations

Les Croix aux quatre vents.
La restauration de trois des anciennes Croix de Rogations sur notre commune est quasiment terminée.
Leur état de vétusté avancé incitait à penser qu’il s’agissait de modestes édifices élevés par la ferveur populaire.
La découverte d’un fragment de colonne daté 1827, à quelques mètres de la Croix d’Albas remet en cause cette analyse. Elle nous renseigne sur la période d’édification ou de restauration, c’est à dire sous le règne de Charles X (1824-1830), dernier souverain ultra royaliste sacré à Reims.
L’état original de ces croix était donc soigné avec une embase de colonne en calcaire très leger. L’aspect rustique qu’elles présentaient n’était dû qu’à la vétusté et aux réparations de fortune.
La partie métallique de cette Croix d’Albas avec ses lancettes fleurdelisées peut donc être rattachée au règne de Charles X, les autres croix métalliques ayant été refaites. La nouvelle croix métallique de Ferrairolles sera copiée sur le modèle de celle d’Albas.
Le métal de cette croix qui aura bientôt deux siècles semble avoir bien vieilli. Il pourrait provenir de minerai local (goethite) résistant bien à l’oxydation.
La colonne de la croix de Peret porte la date 1831, ce qui la situe elle aussi dans cette période de reconquête religieuse qui a suivi la grande révolution et le 1er empire.
Les deux colonnes portent des inscriptions probablement religieuses dont le décryptage est en cours.
Ces Croix datées du début du 19ème siècle, étaient donc placées au quatre points cardinaux, délimitant un territoire mis sous la protection divine. La quatrième Croix, celle du Sud, se trouve aujourd’hui sur le territoire de Villeneuve, le deux communes étant séparées depuis une loi de Décembre 1891.
Les dites Croix étaient situées en bordure de très anciens chemins étroits encore utilisés au début du 19ème siècle, elles permettent de les retracer: au Nord l’ancien chemin d’Albas, à l’Est, l’ancien chemin de Fontjoncouse, au Sud l’ancien chemin de Villeneuve, à l’Ouest, l’ancien chemin de Quintillan.
Le seul itinéraire carrossable à cette époque était la route de Narbonne, via Durban. Elle empruntait la rive gauche de la Berre et a servi d’itinéraire de secours après les inondations de 1999.
Au delà de Villeneuve, la route continuait en rive gauche de la Berre. Elle était construite avec des madriers et de grosses pierres lorsqu’elle s’approchait trop près de la rivière. Elle était encore utilisée comme raccourci par la diligence au début du 20ème siècle. (Georges Arnaud, « Les moulins à nuages »).
Une cérémonie de bénédiction de la croix reconstruite de Ferrairolles sera programmée.
Pierre du Midi, Stéphane Landuré

La restauration est une réalisation Pierre du Midi, Stéphane Landuré

Les Croix des Rogations

Les Rogations

Les processions aux quatre points cardinaux.
Les rogations ont été institués semble-t-il, pour la première fois, en 470 par saint Mamert, alors évêque de Vienne (Isère), à la suite d’une série de calamités naturelles. Comme souvent, il s’agit d’une christianisation de rites gallo-romains pour la fertilité des terres. En 511, le concile d’Orléans les étend à toute la Gaule. Le pape Léon III les aurait introduites à Rome, où, vers 800, elles s’imposent à toute la chrétienté.
En 1969, le nouveau calendrier romain a maintenu les rogations en laissant aux évêques de chaque pays le soin de fixer la manière dont elles doivent être célébrées.
Traditionnellement, les rogations étaient marquées par des processions aux quatre points cardinaux, les Dimanche, Lundi, Mardi et Mercredi précédant l’Ascension. Ces processions avaient lieu à l’aube à une période de l’année où la météo est particulièrement capricieuse, elles partaient de l’église jusqu’à l’une des croix dans chaque direction cardinale.
Croix de Villeneuve, Rogations Sud
La croix de Villeneuve, au Sud
Beaucoup de ces croix ont disparu suite à la tombée en désuétude de ce rituel processionnel, par vétusté, et à cause des besoins de la circulation moderne, car situées au bord des chemins et des parcelles, elles étaient particulièrement exposées.
Notre village a conservé trois de ces croix, modestes édifices exposés à l’érosion du temps. La quatrième devrait être prochainement réédifiée.
La pratique religieuse des rogations revient en force au 19ème siècle avec la restauration religieuse et surtout les épidémies (typhoïde) et les sècheresses de la fin de ce 19ème siècle et du début du 20ème.
L’examen des matériaux (pierres de réemploi, liant), du travail du métal et du style de la croix d’Albas témoignent de son ancienneté. Elle ne semble pas avoir été beaucoup restaurée, c’est la plus authentique des trois restantes. La partie métallique surtout évoque un travail ancien.
Aucun document ne nous est parvenu concernant l’édification de ces petits monuments, peut être parce qu’ils ont été édifiés par les habitants eux-mêmes comme un humble appel à la protection divine.
Ce patrimoine local va être prochainement restauré par la Municipalité.