Parc Eolien Hautes Corbières

EDF Energies Nouvelles

logo-2

 

ENERFIP-HAUTES CORBIERES

2017-11-03-Eoliennes-Cascastel-12017-11-03-Eoliennes-Cascastel-2

Projet Eolien Cascastel

Terre O’Vent

Lettre d’information n°2 Avril 2017

Terre O'Vent, un projet pour et avec les citoyens

Terre O'Vent, un projet pour et avec les citoyens

Terre O'Vent, un projet pour et avec les citoyens

Electricité renouvelable : l’Occitanie s’offre les podiums 2016

Laroque de Fa
Laroque de Fa – Partenaire du Projet de Territoire

Les Hautes Corbières devront-elles choisir entre éoliennes et biodiversité ?

1-Logo-Indep

Projet Éolien Hautes Corbières

2017-03-31-mercredi-soir-les-membres-du-collectif-citoyen-pour-les
Mercredi soir, les membres du « Collectif citoyen pour les Corbières vivantes » se sont rassemblés devant le bâtiment dans lequel se tenait la réunion de travail entre les élus et EDF Energies Nouvelles. DR

Environnement.
Un ambitieux projet éolien continue de partager la population de plusieurs communes. Mercredi soir, à Mouthoumet, une réunion de travail entre une douzaine de maires et EDF Energies Nouvelles a été chahutée.
Le rendez-vous n’était pas public : ça n’a pas empêché certains citoyens de s’y inviter. Mercredi soir, à Mouthoumet, des opposants au projet éolien à l’étude dans les Hautes Corbières ont « forcé » la porte d’une réunion de travail rassemblant une douzaine de communes et des représentants d’EDF Energies Nouvelles. Le rendez-vous a finalement bien eu lieu, le « Collectif citoyen pour les Corbières vivantes » (CCCV) se regroupant ensuite à l’extérieur. L’incident n’en illustre pas moins la fracture suscitée par ce dossier, au cœur d’un territoire préservé contraint de concilier survie économique et environnementale.
« Zone rouge » ?
Car le nœud du problème est bien là. D’un côté, donc, la perspective d’installer « 30 à 40 éoliennes » réparties sur « quatre sites » mis à disposition par les « sept communes engagées » (Mouthoumet, Dernacueillette, Laroque-de-Fa, Davejean, Massac, Quintillan et Cascastel). « L’étude de faisabilité est toujours en cours », insiste Valérie Duchiron, d’EDF Energies Nouvelles. « Ce travail, qui se poursuivra jusqu’en 2018, a aussi pour objectif d’intégrer le dossier à un projet de territoire plus large voulu par les élus. A ce titre, d’autres communes limitrophes ont également participé à la rencontre de mercredi ».
« L’enjeu, ce n’est pas simplement l’éolien », souligne en effet Raymond Spoli, premier magistrat de Laroque-de-Fa. « Ce projet s’inscrit dans un plan global visant à répondre à un réel problème de financement dans les Hautes Corbières. En tant que maire de petite commune, je dois composer avec un budget extrêmement restreint. Le moindre projet implique de s’y prendre trois ans à l’avance ! Plus globalement, ce territoire perd ses vignerons, ses commerçants, ses artisans… Si les gens qui restent sur place ne trouvent pas de solutions pour inverser la donne, les Hautes Corbières se transformeront en désert. Il faut parvenir à refaire de l’économie sur ce territoire ! » L’éolien serait l’un des moyens.
Sauf que ces terres constituent aussi un véritable joyau naturel, quasi immaculé. Or selon le CCCV, l’implantation de plusieurs dizaines d’éoliennes altérerait durablement cette biodiversité. « S’il y a bien une zone rouge à laquelle il ne faut pas toucher, c’est celle-là », s’exclame Matthieu, l’un des membres du collectif. « Les Hautes Corbières, c’est un secteur dans lequel quatre sites Natura 2 000 se superposent, ainsi que deux Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique. Les quatre grandes espèces de vautour sont présentes, et on trouve aussi plusieurs sites d’intérêt européen pour la reproduction de la chauve-souris ». Bref : une vie sauvage dont l’équilibre serait « menacé » par la présence de « mâts de 120 mètres de haut ».
Ces craintes, les élus les entendent. Les comprennent. Mais ils expliquent aussi qu’il est de leur devoir de songer au futur de leurs collectivités. « Je suis moi-même chasseur et pêcheur, note Raymond Spoli. Moi aussi, je suis attaché à mes Corbières, à ces paysages que j’aime. Seulement, vient un moment où il faut avancer. Nous savons que les enjeux sont énormes, et ces études permettront précisément de proposer des mesures compensatoires ».
Pas sûr que ces bonnes intentions rassurent les opposants : ne faisant « pas confiance » aux rapports guidés par EDF Energies Nouvelles, ils vont mettre en place une « vigilance naturaliste » visant à collecter des « données floristiques et faunistiques ». Le bras de fer ne se limitera donc pas à quelques réunions perturbées : ce sera dossier contre dossier, arguments contre arguments.

EDF- Energies Nouvelles

Projet Eolien Hautes Corbières

Projet Eolien des Hautes Corbières Lettre 1

Projet Eolien des Hautes Corbières Lettre 1

EDF- Energies Nouvelles

Projet Éolien Hautes Corbières

Eoliennes Aude

Le projet EDF-EN pour les hautes Corbières suit son cours.
Les populations doivent être prochainement consultées.
Des mats de mesure seront également mis en place afin de déterminer les sites et les matériels les mieux adaptès.
Cette étude devrait se terminer fin 2017, pour un dépôt de permis de construire en 2019-2020.
La région Occitanie soutient le développement des énérgies renouvelables et donc l’installation de parcs éoliens suffisamment productifs.
Elle investit financièrement dans ces projets et invite les collectivités à faire de même, afin d’accroître le retour financier des parcs éoliens pour les territoires qui les hébergent.

Energies Nouvelles

Éolien contre Paysage ?

2016-11-07-le-prefet-jean-marc-sabathe-en-matiere-d-eolien-afin-d
Le préfet Jean-Marc Sabathé : « En matière d’éolien, afin de préserver les paysages dans l’Aude, il est nécessaire d’avoir une réflexion sur les équilibres à tenir ». PHOTO/Claude Boyer

Énergies renouvelables.
Se déclarant « ni pour, ni contre » l’éolien, Jean-Marc Sabathé a fait part à notre rédaction de la réalité administrative à laquelle il est confronté, tout en suggérant des pistes au sujet de la future réglementation.
Dans notre édition du 22 octobre relative à l’inauguration de Sambrès, soit le « plus grand parc éolien du département », nous indiquions que le député Jean-Claude Perez, à propos de l’implantation de futures éoliennes, « avait tenté de sonder le terrain auprès du préfet sans être « rassuré » » sur la question. De ce fait, le représentant de l’État dans l’Aude, Jean-Marc Sabathé, a souhaité revenir vers notre rédaction dans le but de clarifier ses positions sur le sujet.
« La jungle »
En terme d’éolien implanté, l’Aude est le premier département de la région qui totalise 386 MW (mégawatt), soit 35 % de la puissance régionale ou, 56 % de la puissance de l’ex Région Languedoc Roussillon. Ce qui fait dire au préfet : « En visuel, l’Aude commence à se couvrir d’éoliennes ».
Pour autant, le représentant de l’État déclare n’être « ni pour, ni contre » l’éolien – « Si nous voulons moins de nucléaire et plus d’énergie renouvelable, il faut en installer », avance-t-il – mais concède se trouver dans une position inconfortable en raison des actuelles règles d’implantations qui sévissent.
Et les règles sont en train de se transformer. D’abord ce constat : dans l’ancienne région Midi-Pyrénées, il y aurait eu la volonté de répartir les mégawatts installés, « avec un schéma territorialisé impliquant une feuille de route pour chaque département ». Au contraire, l’ex-région Languedoc-Roussillon, aurait pâti d’une absence de schéma territorialisé. « C’était un peu la jungle, chacun a fait ce qu’il a voulu sur le département. Et comme le vent est principalement dans l’Aude, tous les projets éoliens s’y sont présentés ».
Manque de réflexion
Précisément, du fait de cette très forte présence de vent dans l’Aude, n’est-il pas alors logique que le parc éolien y soit fortement représenté ? « Nous sommes d’accord sur cette réalité. Mais nous devons également constater qu’il n’y a pas eu de réflexion sur cette question : un seul territoire est-il capable de porter toutes les installations ? ».
Les cartes sont donc actuellement en train d’être rebattues, avec la mise en place « dans deux ou trois ans » du SRADDET (schéma régional d’aménagement de développement durable et d’égalité des territoires) qui va fixer de nouvelles règles pour la nouvelle Région.
Car aujourd’hui, le préfet doit appliquer les règles existantes en matière d’autorisation d’installation d’éoliennes (lire encadré) qui, parfois, aboutissent à des « résultats absurdes », pouvant amener à « dénaturer l’environnement ».
Exemple avec des projets sur les Corbières qui pourraient être validés selon les règles actuelles, et tant pis si le caractère sauvage du site en subit les conséquences, relève Jean-Marc Sabathé.
Par ailleurs, comment reprocher à un maire d’une petite commune de se réjouir d’engranger pour les finances qu’il gère, des rapports variant entre « 10 et 15 000 euros par machine installée » sur les terres qui l’ont fait élire…
Plaidoirie pour l’intercommunalité
Autre difficulté que le préfet assure avoir « faite remonter au gouvernement » : « l’absence de structure porteuse ». Autrement dit une commune peut entrer en conflit avec une autre, du fait que l’une d’entre elle installe ses machines sur la limite séparative du territoire qu’elle gère, limite séparative pouvant alors se trouver à proximité du lieu de vie de ses voisins, impliquant d’éventuelles nuisances sonores et visuelles.
Jean-Marc Sabathé : « Peut-être qu’une commune n’est finalement pas l’assise idéale pour le choix de l’implantation. Pour plus de solidarité, je pense aujourd’hui que les projets devraient être portés par l’intercommunalité ».
Un souhait qu’il assortit à l’espoir de voir évoluer favorablement le SRADDET, futur outil qui pourrait notablement contribuer à rendre cohérent la répartition de nos moulins contemporains, sur les différents territoires.

Gorges de Galamus
Gorges de Galamus, le site aurait été retenu pour l’installation d’éoliennes…

Journée d’information sur l’éolien

EDF-EN Journée d'Information sur l'éolien

EDF- Energies Nouvelles

Projet Hautes Corbières

Eoliennes Aude

Le projet EDF-EN en Hautes Corbières est porté par un groupe de Communes qui veulent l’amener à maturité ensemble dans le cadre d’un projet commun de développement de leurs territoires.


Ce projet soutenu par la CCRLCM concerne les communes sur lesquelles seront implantées les éoliennes, mais aussi celles qui en supporteront les servitudes: voies d’accés, passage de cables, poste source, etc.
Les ressources naturelles de ces territoires sont faibles, le poids économique des activités touristiques devient de plus en plus important, encore faut’il être en mesure de capter et de fidéliser les flux touristiques.
L’enjeu est de taille: il faut des moyens pour investir et conserver les services, la population, la vie, l’accueil en milieu rural, rénover le bâti, la voirie, maintenir la qualité du cadre de vie.
Au coeur de nos paysages grandioses, les barres minérales de nos sommets se transforment comme spontanémént en châteaux. Le puissant souffle de l’histoire à marqué durablement nos paysages.
Les sites sont sauvegardés, restaurès, et on met en lumière cette aventure humaine exceptionnelle qui fut celle des martyrs cathares et des bâtisseurs de ces nids d’aigles audacieux.
Le grand vent souffle inlassablement sur ces braises de l’histoire, et constitue avec elle, l’une des rares richesses de nos territoires. Nous aurions tort de laisser se déchaîner, se dissiper, cette ressource disponible à profusion, sans rien lui demander en échange. Regardons notre devenir économique en face.


Pensez à vous inscrire pour le 5 Novembre à Quintillan Projet Hautes Corbières – Energies Nouvelles

Eolien en mer Leucate

EDF Energies nouvelles Eolien terrestre

https://player.vimeo.com/video/143069292

EDF Energies nouvelles dans l’Aude et dans l’Hérault

Parc Eolien Conilhac

Accueil    Lurio    Les Corbières Corbières Sauvages     Pays Corbières Minervois   Aude Tourisme   Sud de France    CG Aude

Mairie de Cascastel, 43 Grand’Rue, 11360 Cascastel